mardi 29 janvier 2008

Allemagne, les années noires. Musée Maillol.

Des oeuvres d' Otto Dix et de George Grosz pour l'essentiel. Des dessins surtout.

Une expo présentée en deux temps :

Au rez-de-chaussée, les oeuvres réalisées pendant la guerre [au plus près de l'horreur : la mort, la peur, la boue, l'enfer...].

A l'étage, les oeuvres réalisées après la guerre [images d'un pays vaincu, déliquescence politique et économique, inflation, pauvres gens et profiteurs de guerre].

De nombreux documents d'archives ponctuent l'expo : quelques extraits de films, des affiches, des objets...

Un parti pris historique, simple et complet, très didactique et documenté. [Et éloigné des explications parfois brumeuses/fumeuses qui font les délices de l'histoire de l'art]

Une expo passionnante tant il est rare de voir la guerre côté allemand [Des deux côtés de la frontière, partout la même violence et le même déchirement].



En épilogue, une visite rituelle à Poliakoff, dans les salles plus calmes du dernier étage. Le plaisir étant de se planter au milieu de la pièce et de se laisser absorber jusqu'à faire partie de ces grandes toiles colorées !...

A chaque visite je me demande quelle toile j'aimerai avoir au dessus de mon lit, en un tête à tête singulier. La réponse varie au fil des saisons...


-----------------
Allemagne, les années noires.
Au Musée Maillol jusqu'au 4 février 2008
http://www.museemaillol.com

2 commentaires:

  1. Une exposition fascinante, en effet... mais ô combien éprouvante pour les nerfs. Depuis que j'ai vu ces dessins, que j'ai laissé se dévider plusieurs fois les images hallucinogènes de ces soldats hachés au bruit monotone des mitrailleuses, que je revois ces seins affaissés de femmes offertes, je crois comprendre partiellement ce qui a poussé l'Allemagne dans la folle & criminelle aventure nazie : l'agueusie et la nausée. Puis la perte de sensibilité. La suite, vous la connaissons...

    RépondreSupprimer
  2. Assiette anglaise7 février 2008 à 08:05

    C'est un expo terrible en effet ! La prochaine sera plus douce, Boubat à la Maison de la photo, histoire de souffler un peu !
    A bientôt sur les ondes...

    RépondreSupprimer